2018 : Salon anticolonial à Paris

lundi 30 avril 2018
par  A.B.
popularité : 50%

JPEG - 18.2 ko

                                           
L’association Sortir du colonialisme présente chaque début d’année une Semaine anticolonialiste. De nombreuses animations et rencontres sont organisées dans toute la France  : cette année à Toulouse, Lyon, Annonay et Paris, du 10 au 30 mars. Les Réfractaires non-violents à la guerre d’Algérie participent depuis plusieurs années à ce salon parisien.

Le Salon se compose de deux salles de conférences et d’une grande salle d’exposition remplie de stands d’associations anticolonialistes et antiracistes et de collectifs de soutien aux peuples opprimés. Beaucoup d’associations qui défendent les Kurdes, les Sahraouis, les Palestiniens, mais aussi le Tibet, la Kanaky  : les causes de protestation ne manquent pas.

Sur les tables il y avaient des livres sur tous les sujets de lutte actuelle. L’UJFP, le MRAP, BDS, l’AFPS, l’Union pacifiste, la CNT et bien d’autres étaient présents.

Quant à nous, Réfractaires, nous étions trois  : Jean, Yvon et moi pour parler de ce que nous avons fait avec l’ACNV et pour réveiller les mémoires ! Nous avons eu quelques rencontres avec des personnes intéressées, plusieurs qui nous ont dit qu’un parent qui avait fait la guerre d’Algérie sans jamais en parler... Mgr Gaillot s’est arrêté à notre table et a conversé un moment avec nous. Egalement, un ancien du Parti communiste qui nous a raconté la vie d’un ami qui avait refusé de partir et qui à été rejeté par le parti et par ses amis  ; il a fini sdf et est mort à 57 ans à Nanterre ! (Centre d’accueil et de soins hospitaliers dans la banlieue parisienne.)

JPEG - 1.8 Mo
Tony et Yvon

Il n’y a pas eu beaucoup de monde le samedi, un peu plus le dimanche, et pourtant dans les deux salles de conférences de très intéressants débats avaient lieu auxquels nous ne pouvions pas participer, stand oblige ! Ces débats sur la protection de l’eau, sur les projets miniers (extractivisme) contre les peuples (Guyane, Kanaky, Pérou, Guatémala, Canada, etc.), sur le racisme d’Etat, sur l’antisémitisme et l’antisionisme et bien d’autres étaient animés par des historiens, des personnalités politiques, des enseignants, des chercheurs, etc.

Un hommage a été rendu à plusieurs amis anticolonialistes dont Gilbert Meynier, Suzanne Citron (historiens), Jean Salem (philosophe), François Nadiras de la LDH de Toulon, hommage rendu en chansons de lutte par la Chorale populaire de Paris.

Et le prix du Colonialiste de l’année à été attribué à Manuel Valls pour ses différents discours sur les Roms, les musulmans, etc.

En résumé, pour nous, le bilan est assez mince mais pas négatif puisque nous avons vendu plusieurs livres et donné 2 DVD.

Tony

Plus de détails sur le Salon : www.anticolonial.net

Suite de notre site


Navigation

Articles de la rubrique

  • 2018 : Salon anticolonial à Paris