Jean-Jacques de Félice, 1928-2008

Nos amis disparus depuis 2003
lundi 31 août 2009
par  A.B.
popularité : 35%

Bien cher Jean-Jacques,

J’ai le triste privilège aujourd’hui de te rendre hommage ! Ce que je vais dire, j’aurais préféré, j’aurais dû te le dire avant.

Je te rends hommage aujourd’hui au nom des anciens réfractaires non violents de la guerre d’Algérie et aussi au nom des anciens Équipiers de la Cimade. Pour toi comme pour moi, les deux sont intimement liés !

JPEG - 27.7 ko

Il y a bientôt 50 ans, tu étais avocat et après avoir défendu les enfants, les enfants des bidonvilles, tu as défendu leurs parents assignés à résidence, puis devenus militants du FLN et quelquefois condamnés à mort par la suite, et tu les as même défendus parfois dans leur pays devenu indépendant !

Nous, réfractaires non violents, nous avions 20 ans et, venus des horizons les plus divers, anarchistes, catholiques, athées, protestants, syndicalistes, nous avions dit NON à la guerre, aux tortures, à la colonisation. Et nous étions jugés par les tribunaux militaires. Tu as été l’avocat de plusieurs d’entre nous et aussi un soutien dans notre combat face aux autorités ! Pour nous, pour moi, tu as été plus qu’un avocat, un appui rassurant, un réconfort, un frère ainé .

Personnellement, chaque année au printemps je me souviens encore avec émotion du jour où tu as pu m’obtenir une permission de sortie et où vous m’aviez reçu, avec ta famille, pour une journée à la campagne après deux ans de prison, et je vous en remercie encore aujourd’hui !

Dans les dernières années nous nous sommes retrouvés dans le groupe des anciens Équipiers de la Cimade. Tes interventions remarquables et tes conseils nous ont toujours aidés et soutenus. Nous évoquions parfois les procès d’objecteurs et celui, surprenant, où le pasteur Boegner avait témoigné !

En reprenant ta préface à nôtre livre « Réfractaires non violents à la guerre d’Algérie », je voudrais te dire :

« Honneur à toi qui, modestement, a écrit cette page nécessaire de notre histoire et permis ainsi d’espérer à travers ton témoignage une société plus fraternelle et plus juste pour demain ! »

Et comme je reste fidèle aux valeurs qui ont été les nôtres, le protestantisme et le scoutisme aux Éclaireurs unionistes, je veux citer un texte biblique, Esaïe Ch. 58 V.6, que tu as appliqué toute ta vie :

« L’action de grâce que j’aime la voici : C’est libérer les hommes injustement enchainés, c’est les délivrer des contraintes qui pèsent sur eux, c’est rendre la liberté à ceux qui sont opprimés, bref, c’est supprimer tout ce qui les tient esclaves ! »

Merci, Jean-Jacques, pour tout ce que tu as été pour nous ! Tu nous précèdes sur ce chemin de craintes, de doutes et d’espoirs.

Tony ORENGO

Notre hommage à Jean-Jacques de Félice, décédé le 27 juillet 2008

Voir son article, écrit en 2006, concernant le projet gouvernemental d’installer une service civil obligatoire cliquez ici

Voir la suite


Navigation

Articles de la rubrique

  • Jean-Jacques de Félice, 1928-2008